Le top 10 des ESN tire le marché français des services

Le top 10 des ESN tire le marché français des services

Le top 10 des ESN confirme sa bonne santé, année après année : sa croissance a été en ligne avec celle du marché en 2017 (autour de +4,5%).

Toutefois - et comme les années précédentes - il y a encore un acteur, DXC, qui a eu une activité légèrement en décroissance (sur le chiffre d'affaires pro forma CSC + HP ES au 31 mars 2017).

Les 9 autres ESN du top 10 ont bénéficié d’une croissance de +4,9%, presque un demi-point au-dessus du marché.

Certains acteurs ont connu des croissances à deux chiffres ou proches : Econocom à +15%, Accenture ou CGI à +9%. Ces ESN continuent leur croissance externe mais de plus en plus sur des activités très ciblées (et donc souvent petites) pour compléter leurs portefeuilles d’offres. Elles bénéficient aussi de croissances organiques intéressantes.

Nous pouvons souligner le fait que Sopra Steria fait son entrée sur le podium cette année, devançant IBM grâce à une croissance bien plus élevée (+6% contre +1%) tirée par une très forte activité de Sopra Banking (croissance à 2 chiffres). Autre fait marquant, Orange Business Services partage son siège à la 5e position avec Accenture du fait là aussi d’une croissance bien plus élevée pour la société américaine.

Ces deux exemples confirment encore clairement cette année que les acteurs positionnés sur des problématiques de transformation digitale du côté services applicatifs bénéficient de la dynamique de ce segment (+5,8% pour le marché des services applicatifs) alors que ceux adressant plutôt des sujets infrastructures sont plus en difficulté (+3,4% pour le marché des services d’infrastructures).

Même s’il reste de nombreuses opportunités au sein des grands comptes français, aussi bien autour de la transformation numérique au sens large, de la transformation des infrastructures vers le cloud (avec l’émergence prononcée du cloud public) ou encore l’IoT ou l’intelligence artificielle, il nous apparaît important pour les ESN d’adresser aussi les PME, ou tout au moins les plus importantes d’entre elles. En effet, même si l’IT d’une PME est plus simple que celle d’un grand compte, cet état de fait s’estompe – ou devrait s’estomper – très rapidement, notamment grâce à la transformation numérique qui impose à toutes les entreprises des évolutions importantes soutenues par des technologies informatiques sous peine de gros problèmes aussi bien au niveau de l’efficacité que de la compétitivité.

Cependant, cette catégorie d’entreprises utilisatrices ne trouvent pas forcément, parmi ses prestataires habituels, les compétences pour les accompagner sur ces sujets.  Si la « fracture numérique » s’agrandit, les PME auront de plus en plus de mal à survivre, soit parce qu’elles ne répondront plus aux besoins des utilisateurs, soit parce qu’elles n’arriveront plus à travailler avec les grands comptes (donneurs d’ordre) car elles ne seront plus en mesure de s’aligner sur leurs exigences - qui auront évolué grâce, ou à cause, de la transformation numérique.

De plus, si les PME disparaissent ou ne peuvent plus répondre aux besoins / exigences des grands comptes, ces derniers pourraient aussi se retrouver dans des situations délicates, notamment ceux qui disposent de très nombreux sous-traitants (parfois plusieurs centaines) composés de PME.

Le segment des grosses PME peut donc être un relais de croissance intéressant pour les grandes ESN. Celui-ci pourrait d’ailleurs être adressé à travers les clients grands comptes des ESN qui devraient plus « tendre la main » à leurs sous-traitants pour les aider à monter en valeur ajoutée que de continuer à les « presser » afin de toujours baisser les prix.

Les ESN en dehors du top 10, notamment celles qui se positionnent plutôt sur des activités « de proximité » avec les PME devraient sérieusement réfléchir à développer des offres autour de la transformation numérique pour aider leurs clients sur ce sujet prépondérant pour leur avenir. Une fois sensibilisées, c’est sur ce sujet que les PME réaliseront le plus de projets.