Les banques et leurs partenaires doivent considérer l’IA comme un levier indispensable

Les banques et leurs partenaires doivent considérer l’IA comme un levier indispensable

Le secteur financier évolue sans cesse. Il a connu de nombreux chambardements dont le dernier en date, la crise de 2007, a eu un impact sans précèdent. Et pourtant, avec l’intelligence artificielle, l’industrie financière pourrait connaître un bouleversement sans équivalent. Les métiers bancaires sont redéfinis, la relation client est transformée, de nouveaux acteurs, les fintech, apparaissent en s’appuyant notamment sur cette technologie pour apporter de nouveaux services. De plus, le secteur financier doit opérer sa transformation numérique tout en se conformant à des contraintes de plus en plus strictes, imposées par les régulateurs. Les enjeux sont vitaux pour les établissements financiers traditionnels. Si les membres des comités exécutifs n’agissent pas dès aujourd’hui, ils prennent le risque de jouer les acteurs de second plan demain, voire de disparaître du paysage.

Compte tenu de l’ampleur de son impact, l’intelligence artificielle doit être considérée comme stratégique et figurer sur l’agenda des décideurs des établissements bancaires. Mettre l’intelligence artificielle au cœur de sa stratégie est essentiel pour rester compétitif. Concrètement, le business model des banques doit être repensé. Un budget doit être alloué à l’intelligence artificielle pour soutenir les initiatives permettant d’explorer le potentiel de cette technologie. De plus, un plan de formation doit être mis en place afin d’accompagner les collaborateurs des banques afin de maîtriser cette technologie et la meilleure façon de travailler avec, au quotidien. Enfin, des investissements doivent être faits afin de doter les établissements bancaires des outils nécessaires pour exploiter l’intelligence artificielle : une infrastructure informatique pour recueillir les données, les traiter et en tirer la quintessence.

Pour finir, une réflexion autour des cas d’usage doit être menée par l’ensemble des acteurs du secteur financier : banquiers, fintech, ESN du monde bancaire. PAC préconise que cette réflexion s’articule autour de deux axes majeurs :

  1. Réduire les coûts. L’intelligence artificielle apporte des solutions permettant d’automatiser de nombreuses tâches mais aussi de mieux maîtriser les risques financiers.
  2. Explorer de nouvelles sources de valeur. L’exploitation des données par l’intelligence artificielle permet de redéfinir la relation client et d’identifier de nouvelles sources de revenus pour les banques.

Pour être acteur de sa transformation et ne pas subir le bouleversement qui s’annonce, PAC a publié un rapport s’intitulant : « L’intelligence artificielle dans les banques : vers des banquiers augmentés mais moins nombreux ». Nous y montrons notamment que de nombreux établissements financiers ont déjà commencé à nouer des partenariats et parfois même acquis des start-up spécialisées dans l’IA (cf. infographie ci-dessus). Les acteurs de l’écosystème bancaire y trouveront aussi des éléments permettant de comprendre l’impact de cette technologie sur les institutions financières et des pistes de réflexion, agrémentées de cas d’usage, pour faire de l’intelligence artificielle un avantage compétitif.