Microsoft peaufine son image d'acteur innovant à coups d'IA, de réalité mixte et d'informatique quantique

Microsoft peaufine son image d'acteur innovant à coups d'IA, de réalité mixte et d'informatique quantique

Microsoft s'affiche comme contributeur majeur des évolutions numériques à venir : intelligence artificielle (IA), réalité 'mixte' et ordinateur quantique ! Et demain est déjà arrivé si l'on en croit Carlo Purassanta, de retour dans l'Hexagone après 4 ans à la tête de Microsoft Italie, qui ouvrait la semaine dernière la conférence de rentrée de Microsoft France. Sur un rythme dynamique, le nouveau président de Microsoft France a présenté les 3 principaux piliers numériques sur lesquels va reposer la stratégie de Microsoft en 2018. Une vision technologique ambitieuse, qui occulte la réalité du business réel, mais qui a le mérite de repositionner Microsoft comme un des acteurs majeurs de l'innovation.

 

Intelligence artificielle, infuser les solutions et sécuriser les compétences 

Lors du Microsoft eXperience 2017, Harry Shum, VP exécutif en charge de l'IA chez Microsoft, s'était dit impressionné par le niveau de maturité et l'activité de l'écosystème IA français. La France produit en effet les meilleures compétences d'Europe dans ce domaine comme nous l'expliquions dans notre rapport Intelligence Artificielle : Démystification et Opportunités de Marché.

Nous avons été amenés à le répéter de nombreuses fois en 2017, nous sommes intimement convaincus qu'il n'y aura pas de nouvel hiver de l'IA. Il en va de même pour Microsoft qui explique 'infuser' de l'IA dans toutes ses solutions pour les rendre plus 'intelligentes' et améliorer les services associés. L'IA n'est pas un nouveau pan autonome de la révolution numérique ; l'IA est une déclinaison d'outils supplémentaires qui contribuent à accélérer la transformation numérique.

Par contre, les ressources capables d'accompagner les clients sur des projets IA ne sont pas suffisantes en France, c'est pourquoi Microsoft a annoncé la création de l'école IA Microsoft "pour accompagner des publics éloignés de l’emploi vers des métiers d’avenir". A noter que le contenu de la formation a été développé avec la participation de Simplon, entreprise française de formation au numérique "sociale et solidaire". Poursuivant dans la logique de sécuriser des compétences dans ce domaine hautement compétitif, Microsoft, dans le cadre du partenariat avec l'Inria, incube 13 start-up à Station F. Six nouvelles jeunes pousses françaises sont venues s'ajouter aux 7 issues de la première vague de selection.

A 4 mois de l'entrée en vigueur du RGPD, le chapitre sur l'IA ne pouvait se terminer sans évoquer l'usage des données et leur protection. En plus de la construction de 4 datacenters en France (3 en région parisienne et 1 à Marseille), Microsoft a constitué un comité d'éthique afin de définir les règles de bon usage des solutions "infusées" d'IA avec ses partenaires et clients.

 

La réalité 'mixte' illustrée d'usages concrets   

Ne manquant aucune occasion de mettre en avant leur HoloLens, les équipes Microsoft se devaient d'évoquer, même brièvement, la réalité 'mixte'. La notion de réalité 'mixte' (pour mélange de réalité augmentée et virtuelle) est une opération de 'washing' terminologique à but marketing. Il s'agit ni plus ni moins de réalité augmentée que propose l'HoloLens. Là où Microsoft "n'oublie pas les gamers", le marché se concentre pour l'heure sur le B2B, principalement pour une question de coût. D'intéressants cas d'usage on été mentionnés lors de cette conférence de rentrée : de l'assistance à la maintenance tête haute chez Schneider à l'amélioration du fonctionnement des lignes de production chez Renault Trucks en passant par des expériences virtuelles immersives proposées à ses clients par le producteur de cognac Remy Martin.    

Malgré les contraintes encore sérieuses (surface d'affichage restreinte, courte autonomie du hardware, reconnaissance des mouvements perfectible...) la réalité 'mixte' n'en reste pas moins une technologie déjà utile et prometteuse pour les années à venir. 

 

L'ordinateur quantique, c'est simple comme de danser le sirtaki 

Bernard Ourghanlian, figure emblématique de la technologie chez Microsoft, avait 5 minutes pour présenter l'ordinateur quantique de Microsoft. Tour de force pédagogique sur un sujet somme toute assez complexe si vous ne disposez pas de quelques connaissances en physique quantique. Au-delà d'une des meilleures illustrations que j'ai eu l'occasion de voir jusqu'à présent pour expliquer la notion de 'spin d'un electron' (cf. photo ci-dessus), le point fondamental à retenir est que les équipes R&D de Microsoft ont basé leurs travaux sur l’existence théorique du fermion de Majorana plusieurs années avant que celui-ci ne soit découvert ! L'objectif de ce parti pris audacieux était de pouvoir construire un ordinateur quantique évolutif, rendant l'ajout de Qbit possible sans engendrer une augmentation exponentielle d'énergie nécessaire et de coût.  

Afin de servir au mieux cet objectif, les effectifs du Microsoft Quantum, le laboratoire de recherche dédié à l’informatique quantique et à ses applications, ont été multipliés par 3 ces 6 derniers mois. Toujours dans cette optique d'attirer des compétences qui promettent d'être aussi rares dans les mois à venir que les experts en IA le sont aujourd'hui, Microsoft a annoncé la tenue de master class en informatique quantique en mars 2018 sur son campus d'Issy-les-Moulineaux.