Mobile World Congress 2018 : les écosystèmes à la pointe de l'innovation

Mobile World Congress 2018 : les écosystèmes à la pointe de l'innovation

Au Mobile World Congress de Barcelone, les entreprises avaient plus besoin de se rassurer que de montrer de nouveaux produits révolutionnaires. Elles sont certes venues présenter quelques innovations, mais elles ont surtout emmené dans leurs valises de nombreux partenaires, petits et grands. Une preuve de plus que personne ne peut être innovant et à la pointe des différentes technologies sans s’entourer de partenaires spécialisés dans différents domaines. Les écosystèmes sont indispensables pour survivre et être opérationnel sur les tendances observées au MWC : l’industrialisation des ‘petites technologies’, l’interopérabilité et la démocratisation de « l’edge computing ». Quant à la 5G, grande star des discours, il faudra encore attendre quelques années.

Depuis plusieurs éditions déjà, le MWC n’est plus un évènement dédié uniquement à la mobilité et aux télécoms. Si les plus grands opérateurs et constructeurs de téléphones répondent toujours présents, ils sont accompagnés de nombreuses autres entreprises. Cette année, dans le sillage de la voiture connectée (et bientôt autonome), les constructeurs automobiles avaient fait le voyage, en Smart pour Daimler ou en Leon pour Seat. Même Formule1 avait un immense espace pour présenter ses projets autour du numérique. On retrouvait également des entreprises comme Visa venues présenter leur partenariat autour du sans contact et du ‘cashless’, ou encore des grandes entreprises du conseil, telles PwC ou McKinsey, venues pour renforcer leur positionnement sur la transformation numérique.

Cette année, en flânant dans les huit immenses halls, on pouvait rencontrer côte à côte des téléphones dernière génération avec un appareil photo toujours plus performant, des voitures connectées, une poignée de robots, encore quelques casques de réalité virtuelle et des écrans pliables, transparents ou submersibles. Le point commun de ces technologies est qu’elles ont toutes besoin de composants, comme des puces, ce qui fait le bonheur des constructeurs qui étaient présents (hors NVidia, donc, qui n’a pas fait le déplacement). Qualcomm avait d’ailleurs l’un des plus grands stands du congrès et mettait en avant, entre autres, ses processeurs SnapDragon. Les intégrateurs étaient plus ou moins discrets, mais tous présents également. Et enfin, le tout était accompagné d’une batterie de petites et moyennes entreprises. Elles étaient soit sur les stands des plus grandes entreprises en tant que partenaires, ce qui leur assurait une bonne visibilité, soit sur les pavillons nationaux. Comme au CES, sous l’étendard French Tech, Business France avait emmené le plus grand contingent étranger au MWC. Même si on peut s’interroger sur la pertinence pour des start-up de venir à cet évènement ; seules celles spécialisées sur la cyber-sécurité ou la connectivité pouvaient intéresser.

Toujours est-il qu’en parlant de cas concrets et d’usages, on distinguait surtout une adoption et industrialisation de plusieurs technologies et une concentration plus forte autour des services. Avec la bataille des plateformes IoT, chacun essaie de se différencier et « l’edge computing » et l’interopérabilité sont les termes revenus le plus souvent. Dans le but d’optimiser le traitement des données et réduire les coûts et la consommation d’énergie, les analyses de données doivent se faire au plus près des appareils. La gestion des réseaux bas débit (LPWAN) est de fait un enjeu, chaque entreprise ayant fait un choix sur la technologie : LTE-M, LoRa, NB-IoT… Les connexions sont plus nombreuses, donc les données aussi. Les différents acteurs ont bien pris conscience de cela et sont souvent à la recherche de partenaires pour gérer la donnée. Il y a clairement une crainte de se faire dépasser rapidement chez les opérateurs ; ils ont tous investi dans l’intelligence artificielle (ou du moins dans le machine learning) et réfléchissent aussi aux usages de la blockchain. Telefónica a même lancé son propre assistant vocal pour la maison.

C’est ce qui sera finalement ressorti de ce MWC : les technologies évoluent toujours plus vite et se multiplient à différentes échelles. Les grandes entreprises savent qu’elles ont besoin de faire évoluer leur business et elles ne peuvent plus le faire toutes seules. D’où cet intérêt accru pour la notion d’écosystème.

Read the English version of this article here.